Le Malade imaginaire

Comédie-ballet en trois actes de Molière, Lully et Charpentier

MISE EN SCÈNE

Vincent Tavernier

 

DIRECTION MUSICALE

Hervé Niquet

ou Nicolas André

 

CHORÉGRAPHIE

Marie-Geneviève Massé

 

DÉCOR

Claire Niquet

 

COSTUMES

Erick Plaza-Cochet

 

LUMIÈRE

Carlos Perez

 

 

Durée : 2h30 sans entracte

.

 

CONTACT

DIFFUSION

.

CAMILLE SEYS

06 38 46 83 85

camille.seys@lesmalinsplaisirs.com

CONTACT

TECHNIQUE

.

MARC CAVIGNAUX

06 67 91 84 02

marc.cavignaux@lesmalinsplaisirs.com

SYNOPSIS

 

Argan se croit gravement malade – et toute sa famille doit vivre sous la gouverne de cette tyrannique imagination. Les uns voient tout le profit à en tirer : Béline, sa seconde épouse, aidée du notaire Bonnefoi, spéculent sur une mort prochaine pour capter l’héritage; le médecin Purgon et l’apothicaire Fleurant attendent au contraire de leur client une inépuisable source de larges revenus; le docteur Diafoirus, quant à lui, compte bien tirer le meilleur profit d’un mariage entre son médecin de fils et Angélique, fille d’Argan et principale victime de la monomanie paternelle. D’autres cherchent à ouvrir les yeux au prétendu malade : Béralde, son frère, et Toinette, fidèle – et imaginative – servante du foyer. Avec la toute prochaine annonce du mariage, tous les ressorts ainsi tendus se mettent soudain à jouer – pendant qu’en ville le Carnaval se déchaine…

 

PRESENTATION

 

Le Malade imaginaire, considéré dans son intégralité, ne reflète en aucune façon l’angoisse d’un auteur en semi-disgrâce, miné par la maladie et conscient de sa mort prochaine. Au contraire, la comédie-ballet, écrite à l’occasion des traditionnelles fêtes du début d’année, expose le triomphe progressif du Carnaval sur la neurasthénie d’Argan et la tristesse qui ronge toute sa maisonnée. Dans ce qui apparaît comme une splendide leçon de vie, Molière arrache les masques tristes – ceux de Béline, Bonnefoi, Diafoirus, Fleurant et autres Purgon – pour exalter les masques joyeux – Toinette en médecin, Cléante en maître de musique, Argan lui-même en faux mort – jusqu’à l’immense et folle cérémonie finale.

 

PRIX DE CESSION

 

– une représentation : 43.000€ HT

Ce prix n’inclut pas le déplacement des artistes et du décor, repas et hébergement selon les circonstances. Pas de droits SACD.